Logo-EDM

ConnexionInscription

French English German Portuguese Spanish
Traduction Google

EDM 04 02 2019 wavepowermapnew

 

 

Royaume-Uni – Lundi 04/02/2019 – energiesdelamer.eu. Les projets d’énergies marines au Pays de Galles sont freinés par le manque de soutien britannique. C’est ce que relate The Guardian en fin de semaine, qui rappelle que les aides du gouvernement de Londres en la matière ont été sérieusement coupées en 2016, ralentissant d’autant les investissements dans le secteur gallois.

 

 

Un rapport du Marine Energy Council, présenté par sa présidente, Sue Barr, signale que si les investissements au Pays de Galles ont atteint 68, 3 millions de livres en 2017, des millions d’investissements ont manqué à l’appel.

Pourtant, signale Sue Barr, l’industrie des énergies marines pourraient représenter jusqu’à 76 milliards de livres en 2050 et plus de 22 600 emplois en 2040, le Pays de Galles comptant pour l’une des régions majeures du développement de ce secteur.

Selon les dernières statistiques de l’Office national britannique (ONS) datant du 31 janvier 2019, en 2017, le seul secteur de l’offshore éolien a représenté un chiffre d’affaires de 3,6 md£ en 2017, et employait 7 200 équivalents temps plein, plus que l’éolien terrestre.

 

Sue Barr juge que les investisseurs se détournent du Royaume-Uni, regardant vers des pays où les soutiens sont plus forts, comme le Canada, la Scandinavie et l’Espagne.

 

En octobre dernier, Marine Energy Wales, l’entité dédiée galloise, a constaté qu’une dizaine de compagnies avaient, soit quitté le Royaume-Uni, soit stoppé leurs projets, et neuf d’entre-elles ayant affirmé être en attente.

Le gouvernement gallois appelle donc Londres à repenser sa politique en la matière, et à «regarder sérieusement la viabilité des projets de technologie marine au Pays de Galles.»

Le gouvernement gallois soutient pourtant très fortement son secteur, signale Marine Energy Wales, en faisant l’une des terres les plus propices à l’énergie marine.

 

Minesto EDM 04 02 019

Implantée au nord du Pays de Galles, à Holyhead, Minesto, la compagnie, qui développe un « kite hydrolien », juge également que le soutien britannique manque à l’appel, signale son directeur général, Martin Edlund. Et d’ajouter : « le RU est leader de ce secteur… rater cette occasion serait une erreur », signalant que « à l’aune du potentiel d’énergie des courants au Pays de Galles, c’est une nouvelle industrie charbonnière, avec une grosse différence, elle ne s’épuise pas. »

 

Minesto est entré dans une phase de planification formelle avec le gouvernement gallois pour la deuxième phase du financement public de sa technologie marémotrice.

Cette initiative marque la prochaine étape vers la commercialisation du projet d’énergie propre du promoteur maritime à Holyhead Deep, dans le nord du Pays de Galles.

La société a soumis une proposition de projet comprenant une subvention d'un montant de 11,2 millions d'euros du Fonds européen de développement régional (FEDER) pour la phase suivante.

 

Minesto prévoit de mettre à l’eau quelque 120 machines au large des côtes de Holyhead ; un projet de quelque 160 M£, qui créerait une centaine d’emplois locaux, selon le concepteur.


 
Les traductions anglaise, espagnole et allemande sont générées de manière automatique, la qualité du texte peut être altérée.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Pour plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter le site de la CNIL à cette adresse :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/