Logo-EDM

ConnexionInscription

French English German Portuguese Spanish
Traduction Google

EDM 2019 11 15 CSSC result

 

 

Chine – Vendredi 15/11/2019 – energiesdelamer.eu. Pékin a approuvé la fusion de China Shipbuilding Industry Corp (CSIC) et China State Shipbuilding Corp (CSSC), les deux plus grands groupes qui devraient devenir un sous-traitant commercial et militaire et détenir près d'un cinquième du marché mondial.

 

EDM 15 11 019 H Guillou Blue Med Days

 

A l’occasion des Blue Med Days organisées par Pôle mer Méditerranée avec le soutien de la Région Sud en octobre 2019, Hervé Guillou, président de Naval Group était intervenu mettant en garde l’industrie navale militaire et civile française et européenne (Chantiers de l'Atlantique, Fincantieri ... ) sur la fusion des grands chantiers navals chinois.

 

 

 

En effet, annoncée début juillet 2019, la fusion de China State Shipbuilding Corp (CSSC) et de China Shipbuilding Industry Corp (CSIC), les deux plus grands constructeurs de navires appartenant à l'État chinois, en termes de capacité de production, devient réalité. L’objectif est de leur permettra de concurrencer leurs rivaux établis en Corée du Sud et en Europe, avaient déclaré des experts du secteur à l’époque.

 

Les sociétés cotées en bourse avaient le 1er juillet dans leurs déclarations financières que les deux groupes de construction navale envisageaient une restructuration stratégique, mais que le plan devait être approuvé par les autorités compétentes, ce qui est dorénavant acté.

 

Dong Liwan, professeur de construction navale à l'Université maritime de Shanghai, avait déclaré que la fusion apporterait des avantages auEDM 2019 11 15 CSSC Chantiers navals Chine pays pour renforcer sa compétitivité mondiale, car les acteurs chinois souhaitent se positionner sur la scène internationale, en particulier dans le domaine des navires militaires et des transporteurs de gaz naturel liquéfié, les paquebots de croisière de luxe, les brise-glace et le matériel d'ingénierie en mer dont les navires pour les énergies de la mer.

 

"Il est temps que des chantiers navals chinois compétents construisent des navires complexes à forte valeur ajoutée pour toucher les acheteurs de nouveaux segments grâce à la restructuration d'actifs, à la collaboration internationale et à des activités de recherche et développement", avait déclaré Tan Naifen, secrétaire général adjoint de la China Association of the National de l’Industrie de la construction navale.

 

Avec cette fusion les deux groupes de construction navale chinois auront un volume de ventes supérieur à celui de leurs concurrents sud-coréens, ainsi que d’autres conglomérats de construction navale à travers le monde.

 

Les constructeurs navals sud-coréens tels que Hyundai Heavy Industries Co et Samsung Heavy Industries Co ont enregistré 86% du total des commandes mondiales de méthaniers en 2018.

 

La fusion est une initiative solide visant à renforcer la capacité de gain du secteur des entreprises publiques, dont beaucoup ont été touchées par la surcapacité et les circuits de marché limités, tels que ceux des industries de l'acier, du transport maritime et des matériaux de construction, a déclaré Zhou Lisha, chercheur à l'institut de recherche de la Commission de supervision et d'administration des avoirs appartenant à l'État. La construction navale en Chine doit passer de la quantité à la qualité, car le secteur est devenu plus intelligent, numérisé et écologique, a-t-elle déclaré.

 

Avec cette fusion le nouveau groupe chinois doit atteindre l’échelle nécessaire pour faire face au projet d’acquisition de Daewoo Shipbuilding et de Marine Engineering Co Ltd par Hyundai Heavy Industries qui avait été annoncée en janvier 2019. La Chine développe des ports offshore et acquiert des opérateurs portuaires, dans le cadre de la vision du président Xi Jinping de transformer le pays en une puissance navale rappelle le Nikkei Asian Review.

 

 

Points de repère

 

Clarksons Research estime que CSSC est le deuxième constructeur mondial de navires dans le monde, avec une part de marché de 11,5%, la troisième place est détenue par la CSIC, soit une part de 7,5%.
 

Sources : Nikkei Asian Review - Zhong Nan and Ren Xiaojin | China Daily 


 
Les traductions anglaise, espagnole et allemande sont générées de manière automatique, la qualité du texte peut être altérée.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Pour plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter le site de la CNIL à cette adresse :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/