Logo-EDM

ConnexionInscription

French English German Spanish
Traduction Google

PARIS - 05/12/07 - Michel Gauthier, spécialiste de l'ETM (Energie Thermique des Mers) et membre du club des argonautes - club dont on peut vraiment dire qu'il est un militant de longue date de la cause ETM - a fait une analyse très complète sur l'ETM en Polynésie (cf. notre archive du 27/10/07) dans le numéro d'octobre de Sciences et Avenir spécial" énergies de la mer" à l'occasion des Entretiens Science et Ethique 2007 et dans Sciences au Sud IRD (n° 40). Cette analyse faisait suite à la déclaration de Christian Estrosi : "En Polynésie française, des recherches sont entreprises dans le domaine de l’énergie thermique des mers» avait notamment déclaré le ministre après avoir parlé initialement de "La création prochaine d’un pôle de compétitivité sur l’énergie thermique des mers en Polynésie française".
Extait de l'analyse de Michel Gauthier : Après avoir été négligée pendant plusieurs décennies, l'ETM revient enfin dans le "Top 5" des énergies marines souvent citées dans la presse, soit au niveau de l'action gouvernementale, soit dans celle des Régions Ultra-périphériques, comme on dit à Bruxelles, notamment ces territoires ultra marins, que sont certains DOM-TOM. Ceux qui ont suivi l'action du Club depuis 4 ans savent combien les Argonautes ont de raisons de se réjouir de cette "re-connaissance..." de l'ETM, ce moyen de production d'eau douce et/ou de kWh, renouvelables et non intermittents, cette ressource au potentiel considérable, dont notre pays a été le pionnier. En effet, les procédés et les technologies nécessaires à son exploitation sont connus depuis les années 30, grâce aux expérimentations du français Georges Claude. Les travaux plus récents réalisés principalement aux États-Unis et au Japon en confirment à la fois la faisabilité technique, les bénéfices environnementaux, et le potentiel économique. Cette ressource située dans la zone intertropicale ouvre dès à présent des perspectives de développement pour les territoires et département d’outre-mer français. La France s’est malheureusement mise hors jeu des travaux de R&D, après l’abrupt abandon du projet de la centrale de Tahiti en 1987. Aussi nous réjouissons nous des derniers événements sur le sujet...
Pour lire la suite de cet article, cliquer sur son titre
Photo : 1. Usine ETM (OTEC en anglais)par Ocean Power Plant 2. L'expérience française de Georges Claude en 1930 à Cuba : mise à l'eau d'un tube de 1,60 m de diamètre et de 2 kms de long.
Ajouter un Commentaire



 
Les traductions anglaise, espagnole et allemande sont générées de manière automatique, la qualité du texte peut être altérée.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Pour plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter le site de la CNIL à cette adresse :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/