Logo-EDM

ConnexionInscription

French English German Portuguese Spanish
Traduction Google


BRUXELLES (AFP) - 08/09/2008 - 3B Conseils - Greenpeace a lancé mercredi dernier un appel à une "révolution éolienne" en mer du Nord, en se basant sur une étude indiquant qu'une mise en réseau de milliers de turbines encore à construire permettrait à terme d'approvisionner des millions de foyers en énergie propre et fiable. Ce n'est pas réellement une découverte pour nous mais c'est plutôt un pas en avant notoire que d'en faire ainsi état publiquement ! Ce rapport, présenté à Bruxelles par l'organisation de défense de l'environnement, conclut que l'énergie éolienne offshore peut contribuer à atteindre les objectifs d'utilisation d'énergies renouvelables que l'Europe s'est fixée en diminuant le recours aux énergies fossiles et nucléaires. Greenpeace part de l'hypothèse qu'à horizon 2020-2030, au total 10.000 éoliennes devraient être installées en mer du Nord au large de six pays (Royaume-Uni, France, Allemagne, Belgique, Danemark et Norvège), pour une capacité totale de 68,4 gigawatts qui permettrait de subvenir aux besoins de 17 millions de foyers. A titre de comparaison, fin 2007, la capacité de toutes les turbines offshore installées dans l'UE représentait seulement 1,079 gigawatt, selon l'association européenne de l'énergie éolienne EWEA. Même si la production devrait donc être multipliée par presque 70 pour atteindre en 20 ans ce chiffre de Greenpeace, on peut considérer que c'est une estimation plutôt réaliste qui tient compte de nombreux facteurs à prendre en considération dans ce type d'énergie émergente. Tous les pays cités ont déjà construit des parcs éoliens offshore à l'exclusion notable de la France. Certains des pays cités ont déjà donné un sérieux coup de collier en matière d'équipements de parcs éoliens offshore, comme l'Allemagne ou plus récemment le Royaume Uni. " Ces parcs d'éoliennes en mer assureraient une importante réduction des émissions de CO2 ", souligne le rapport de Greenpeace, " à condition de les relier entre eux par un réseau de câbles sous-marins, afin d'assurer une stabilité de l'approvisionnement ". Il faut en effet pouvoir compenser une panne ou une baisse de la production dans une région particulière due à un manque de vent, expliquent les auteurs de l'étude, qui se sont livrés à un calcul détaillé et très précieux de la vitesse du vent dans les différentes zones de la mer du Nord. Le coût de l'installation de ce réseau câblé sous marin (d'environ 6200 kms) serait de 15 à 20 milliards d'euros. Ce coût élevé ne mettrait cependant pas en danger l'économie de l'ensemble, les câbles pouvant également servir, selon le rapport " au commerce transfrontalier d'électricité ". Un représentant de la Commission européenne, Hans van Steen, a salué un " très bon rapport " qui " tombe à point ", alors que l'U.E s'apprête à publier cet automne un " paquet énergie ", véritable feuille de route de sa politique en matière d'énergies renouvelables pour ces prochaines années. Par ailleurs pour tenir compte des variations de production électrique en général, Greenpeace a plaidé en faveur d'une fluctuation des prix de l'électricité en fonction de la production, cela ayant l'avantage de favoriser des comportements plus responsables des consommateurs." Mais c'est plutôt dans l'industrie ou dans les équipements collectifs que ce genre de mécanismes pourrait d'abord être mis en place ", a souligné Jan Vande Putte, spécialiste de Greenpeace Belgique devant la Commission.
Article : Francis Rousseau
Documents de référence : Depêche AFP du 04/09/09 . Photos 1 : pose d'une éolienne © Gamesa. 2 éolienne offshore vues de dos © D.P.

You have no rights to post comments


 
Les traductions anglaise, espagnole et allemande sont générées de manière automatique, la qualité du texte peut être altérée.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Pour plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter le site de la CNIL à cette adresse :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/