Logo-EDM

ConnexionInscription

French English German Portuguese Spanish
Traduction Google

 

Domonion EDM 03 07 019 

 

 

Etats-Unis – Mercredi 03/07/2019 – energiesdelamer.eu. Intéressant de lire l’article d’ Adam Siegel à propos de Dominion Energy aux Etats-Unis au moment où Julien Aubert, l’un des deux rapporteurs de la loi Climat Energie en première lecture à l’Assemblée nationale publie avec quelques députés une tribune dans un quotidien « L’Opinion » sur les tarifs d’achat d’électricité des cinq premiers parcs éoliens en mer déjà renégociés.

 

Dominion Energy semble enfin être sur la bonne voie - nous l'espérons - pour un petit projet éolien offshore qui commence à générer des électrons. Avec plus de 300 millions de dollars pour un petit projet de «démonstration» de 12 mégawatts, il doit concurrencer sérieusement le parc éolien le plus cher en développement sur la planète.

Et étonnamment, alors que le développement de l’éolien en mer est en avance dans d’autres pays et États, ici en Virginie, ce projet minuscule fait l’objet de diverses formes de planification et de discussion depuis une dizaine d’années maintenant.

Maintenant, si tout se passe comme prévu, le projet éolien côtier Virginia Offshore sera opérationnel d'ici la fin de l'été 2020.

 

L’électricien américain Dominion Energy a lancé officiellement la construction de son parc pilote éolien en mer. D’une capacité de 12 MW, ce projet remporté en 2014 et situé à 41 kilomètres des côtes de l’état de Virginie, doit notamment permettre de tester la résistance des turbines (2 x 6 MW de GE) notamment aux ouragans.

 

Nombreux sont ceux qui semblent vouloir se féliciter de cela, comme si cela «maintiendrait la Virginie n ° 1 sous le climat» (comme l'a dit le gouverneur McAuliffe il y a quelques années). Également excitant que Dominion ait jugé bon d'inclure l'éolien offshore dans ses projets publics.   mises en garde.Pour commencer, ce projet de test à deux turbines pouvait avoir un sens il y a dix ans - avec une grande incertitude quant aux perspectives à long terme de l'énergie éolienne en mer, des coûts élevés pour les électrons générés par un ensemble assez restreint de projets - secteur éolien offshore américain déjà existant - les choses ont considérablement changé ces dernières années, et certainement depuis que Dominion a rivalisé en 2013 pour le financement du ministère de l'Énergie dans le cadre d'un projet d'énergie éolienne offshore.  

 

Les nouvelles récentes en provenance de France devraient montrer à quel point les choses ont changé… en faveur de l’économie de l’énergie éolienne en mer. On vient d’annoncer un projet de 600 mégawatts qui produira des électrons à 44 euros par mégawatt heure (EDF Renouvelables) … ou moins de 50 dollars par mWh (moins de 5 cents par kilowatt heure).  C'est vraiment impressionnant: une éolienne offshore propre et inépuisable à un coût inférieur à celui de toute option utilisant des combustibles fossiles (ou de l'énergie nucléaire) pour une nouvelle capacité de production d'électricité. Le gouvernement français a réagi à cette politique de prix bas en évaluant ses projets futurs. Cette évaluation a conduit à un changement rapide: l’augmentation du nombre d’éoliennes offshore prévu à 1 GW par an (environ 80 fois plus, chaque année, que le minuscule projet de démonstration de Dominion de 12 mégawatts).Les prix bas ne sont pas la seule chose étonnante.

 

C'est la vitesse prévue pour le projet. Avec l'attribution du projet qui vient d'être annoncée à la mi-2019, les électrons devraient commencer à couler en 2022. Trois ans à peine après l'attribution du contrat, bien plus rapide que la construction d'une nouvelle centrale nucléaire, d'une centrale au gaz naturel, etc.  

 

À l’opposé, Dominion participe depuis environ 10 ans à un projet de deux éoliennes extracôtières minables. Un projet qui produira probablement des électrons à plus de 25 cents par kilowatt d’heure, soit cinq fois le coût du projet français!   Un projet que beaucoup considèrent depuis des années comme délibérément structuré de manière à permettre à Dominion d'essayer de faire croire à nos politiciens et aux régulateurs (capturés) de Virginie que le vent offshore est trop coûteux et non viable ? Pourquoi ? Clairement, pour que Dominion puisse plutôt construire des centrales au gaz naturel plus polluantes, payées par les clients capturés, avec des bénéfices garantis qui permettront de brûler le gaz fracturé provenant de la production appartenant à Dominion et acheminée via ses pipelines.   

 

Pouvons-nous dire «auto-négociation?»

 

Ainsi que «profits, profits et plus de profits» - d’une option de production d’énergie beaucoup plus polluante et coûteuse. Vraiment, quand on discutera de la capture réglementaire, Dominion et Virginia devraient être l'exemple n ° 1.

 

La France nous montre, si nous prenons la peine de faire attention, que les choses peuvent être très différentes et bien meilleures. Des électrons propres, peu coûteux et propres, générés à proximité de centres de population, d’industries et de procédés de fabrication représentent, entre autres, des emplois!   

 

Au lieu de se prosterner devant Dominion, les décideurs politiques, les régulateurs et les services publics de Virginie devraient prêter attention aux avancées technologiques rapides et rentables des technologies de production d’électricité - et à la modification en temps réel de leurs politiques et de leurs plans.

 

Une question simple : Les politiciens et les décideurs politiques de Virginie peuvent-ils se déplacer même moitié moins vite, moitié moins efficacement que les bureaucrates français ?  

 

N'oubliez pas non plus que, bien que Dominion Dilly-Dallies et son projet extrêmement pauvre de 12 mégawatts, d'autres États avancent avec des plans de plusieurs gigawatts. Et, associés à ces plans, ces États envisagent des milliers, probablement des dizaines de milliers, d'emplois bien rémunérés dans les ports et les communautés qui se trouvent dans leurs États - PAS en Virginie.   

 

Ceci, malgré le fait que la région de Hampton Roads en Virginie est, tout simplement, la meilleure région pour soutenir une industrie éolienne en mer de la côte est: grande géographie, ressources éoliennes abondantes (assez pour alimenter l’ensemble de l’État), avec une construction navale importante et d’autres infrastructures. Mais pour obtenir une part de ces industries lucratives et de ces emplois bien rémunérés, Virginia doit avoir un programme éolien offshore sérieux. Alors que les annonces récentes de Dominion selon lesquelles il souhaitait que des gigawatts soient en exploitation ou en développement d’ici à 2022 suggèrent que même celui-ci a reconnu l’absurdité de son refus des options en matière d’énergie renouvelable, un simple 12 MW, avec des plans provisoires pour «plus à venir», tout simplement. ce n'est pas grave. Du tout.  À ce stade, nous avons besoin d'une intervention. Pour commencer, le gouverneur Northam devrait annoncer la constitution d’une équipe d’étude rapide (s’appuyant sur les travaux déjà réalisés, tels que la Virginia Offshore Wind Development Authority, la feuille de route élaborée, des évaluations militantes de l’énergie éolienne en mer, etc.), afin d’évaluer les programmes éoliens offshore avancées et leurs implications pour le Commonwealth. Cette équipe devrait se concentrer sur ce que Virginia peut - et doit - faire pour devenir «le n ° 1 de l’éolien offshore» aux États-Unis pour la création d’emplois grâce à des électrons propres et à la lutte contre le changement climatique.

 

Cette équipe devrait à la fois éduquer (citoyens, politiciens, régulateurs, chefs d'entreprise) et fournir un matériel concret à l'action lors de la session législative de 2020. Et ensuite, les législateurs de la Virginie (la majorité nouvellement élue du parti démocrate) devraient agir.  S'engager avec empressement à «faire de la Virginie n ° 1 sur l'éolien en mer» pourrait être un élément essentiel d'un «New Deal vert de Virginie», car il permettrait de réduire sensiblement la pollution tout en créant:• des électrons propres, peu coûteux et fiables, produits chez nous pour alimenter les maisons et les entreprises de Virginie (et, de plus en plus, les transports);• la politique industrielle tirant parti des avantages existants de la Virginie pour s'emparer de positions de leader sur les marchés émergents adjacents;• Nombre important d’emplois de haute qualité / bien rémunérés (cols bleus et blancs)  Qu'est-ce qu'on attend? Et plus précisément, pourquoi permettons-nous à Dominion Energy, un service public monopolistique apparemment réglementé par un État, de continuer à bloquer le progrès de 8 millions de Virginiens ?

 

Blue Virginia has published more than 2,000 articles covering Virginia politics in the last year. 

 

 

Et l’extrait de la tribune publiée dans l’Opinion.

... Quelle que soit son opinion sur les éoliennes, on ne peut accepter qu’à six mois d’intervalle, le Gouvernement surpaye ainsi l’électricité produite en mer, et aggrave sans raison la facture des Français. A quoi bon diminuer les impôts directs d’une main, si c’est pour augmenter le coût de la vie de nos concitoyens de l’autre ?

Ont cosigné cette tribune, Julien Aubert Bérengère Poletti, Thibaut Bazin, Josiane Corneloup, Pierre Vatin, Raphaël Schellenberger, Guillaume Peltier, Vincent Descoeur, Bernard Reynès, Nadia Ramassamy, Marie-Christine Dalloz, Jean-Marie Sermier, Eric Woerth, Michel Herbillon, Jean-Jacques Gaultier, Bernard Brochand, Bernard Deflesselles, Valérie Bazin-Malgras, Jean-François Parigi, Didier Quentin, Jean-Louis Masson, Patrick Hetzel, Emmanuel Maquet, Sébastien Leclerc, Jacques Cattin, Damien Abad, François Cornut-Gentille, Valérie Boyer, Jean-Pierre Door, Véronique Louwagie, Eric Straumann.


 
Les traductions anglaise, espagnole et allemande sont générées de manière automatique, la qualité du texte peut être altérée.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Pour plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter le site de la CNIL à cette adresse :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/