Logo-EDM

ConnexionInscription

French English German Portuguese Spanish
Traduction Google

Bussereau 

 

France - Mardi 23/10/2018 - energiesdelamer.eu. Au niveau de la représentation, une question devient de plus en plus prégnante. Quel est l‘impact de l’éolien terrestre sur les projets éolien en mer ? La session d’automne du Département de Charente-Maritime s’est ouvert lundi 22 octobre et se tiendra jusqu’à la fin de la semaine. Si le débat d’orientation budgétaire doit occuper une bonne partie du conseil, un autre sujet devrait provoquer le débat : le vote de la création d’un Observatoire de l’éolien.

 

Présidé par le vice-président du Département Lionel Quillet, il sera composé d’élus, d’associations de riverains ou environnementales et tout protagoniste susceptible d’apporter une expertise en la matière.

«Nous ne sommes pas vent debout contre l’éolien en général, mais normalement l’éolien doit être un projet environnemental». C’est une des raisons avancées pour la création d’un observatoire qui ne se contentera pas d’observer, prévient Dominique Bussereau :

« Ce sera un observatoire pour s’opposer […] Nous passerons au crible chaque projet et nous nous y opposerons à chaque fois que cela sera nécessaire ». Cette création survient suite au projet d’EDF d’implanter un parc éolien s’étendant sur 120 km de Saint-Sorlin en Charente-Maritime à Blaye en Gironde. 30 à 40 éoliennes de 180 mètres de haut pourraient  ainsi s’égrener le long de l’estuaire (lire nos éditions précédentes). « Il est hors de question pour le Département de Charente-Maritime d’accepter ce projet », martèle Dominique Bussereau, « EDF m’a demandé si nous acceptions de leur prêter des cartes, des documents… j’ai dit non ».

Le président de la Charente-Maritime a déjà encouragé son homologue girondin Jean-Luc Gleyze a également créer un observatoire de son côté.

Au-delà de l’aspect esthétique, Dominique Bussereau refuse de voir mettre à mal la campagne de préservation de l’environnement mené sur la rive droite. « ça fait vingt ans qu’on essaye de protéger l’estuaire […] Cinq cent hectares de prairies ont été préemptés par le Département ces dernières années pour laisser les prairies.

On n’a pas fait ce retour à la nature pour voir des éoliennes se dresser ici », explique l’élu, rappelant que ce territoire est également un couloir de passage des oiseaux migrateurs, en plus de servir de zone tampon dans le cadre des protections contre les submersions marines. La faible densité de population, les grands espaces et le vent font en effet partie des arguments avancés par EDF pour implanter son projet sur ce bassin de vie, proche de la centrale nucléaire de Blaye.

« Nous ne sommes pas vent debout contre l’éolien en général, mais normalement l’éolien doit être un projet environnemental. Le problème ici, c’est qu’il est incompatible avec les particularités du site. On peut trouver de la place ailleurs, on peut en discuter », tempère Dominique Bussereau, qui se dit pourtant prêt à se battre ailleurs en Charente-Maritime contre des projets similaires, notamment en Aunis, au Nord-Est du département, où les éoliennes sont déjà nombreuses.

Un nouveau schéma des espaces naturels sensibles

Parmi les autres sujets abordés lors de cette session, on retrouvera le vote de la création du syndicat mixte du Chef de Baie (port de La Rochelle). Les élus devront également se pencher sur les caractéristiques d’un nouveau schéma départemental des espaces naturels sensibles à établir pour les dix prochaines années.

Sources : Aqui ! – Sud-Ouest


 
Les traductions anglaise, espagnole et allemande sont générées de manière automatique, la qualité du texte peut être altérée.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Pour plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter le site de la CNIL à cette adresse :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/