Logo-EDM

ConnexionInscription

French English German Portuguese Spanish
Traduction Google

02 09 018 EDM Excalibur Dieppe Le Treport

 

 

 

France – Dieppe – Le Tréport. Mardi 04/09/2018. energiesdelamer.eu. Une vingtaine de bateaux de pêche ont encerclé dimanche 2 septembre, la barge de forage Excalibur qui est présente depuis le début de l'été dans la zone du futur parc éolien marin Dieppe Le Tréport (EMDT) afin d’y effectuer des travaux de carottage. Par ailleurs, l'Autorité environnementale (Ae) demande de nouvelles améliorations sur des études d'impacts.

Les pêcheurs

 

O.Becquet EDM 04 09 018

 

Cette manifestation avait pour but de réclamer l'abandon d'un projet de parc éolien en mer a déclaré Olivier Becquet.  La préfecture maritime de la Manche et mer du Nord a mentionné pour sa part la présence de 15 navires.

Le 29 août, Olivier Becquet, responsable de la coopérative des artisans pêcheurs associés (Capa) avait annoncé qu’un recours allait être engagé par les pêcheurs auprès de l’Union européenne. De son point de vue « les tests pour la mise en place des mâts auraient déjà un impact sur le milieu marin ». Les présidents des comités des pêches de Normandie et des Hauts-de-France avaient adressé un courrier commun au préfet de Normandie, pour rappeler leur refus de voir le parc éolien en mer s’installer sur le site choisi. Pourtant, EMDT, filiale de la société Engie dirigée par Christophe Leblanc, directeur de développement du projet de parc offshore, en avait largement présenté les objectifs depuis quelques mois. 

Le 7 juillet dernier, Olivier Becquet, avait estimé que les forages réalisés à 70 mètres de profondeur allaient gêner les gisements de coquilles Saint-Jacques, les seiches, les rougets barbets et les vives. «Au moment de la seiche et du rouget barbet, ce sont 80 bateaux qui sortent du port. S’ils font ces forages, personne ne pourra travailler.». Depuis, d'après les pêcheurs, une baisse de la présence des poissons est contestatée.

 

 

 

 

La demande de l’Autorité environnementale

 

De son côté, l’Autorité environnementale a rendu public son avis le 31/08/2018 sur l'étude d'impact du projet de parc éolien en mer projet Dieppe – le Tréport qui avait été délivrée le 29/08/2018.

 

Dieppe-Le Tréport porté par la société Éoliennes Dieppe Le Tréport. Les actionnaires sont Engie (47 %), EDP Renewables (43 %) et Groupe Caisse des Dépôts (10 %). Siemens Gamesa est le partenaire industriel, en charge de la fabrication des éoliennes. RTE est en charge des raccordements.

 

L’avis du 31/08/2018 intervient après celui de l’Agence française pour la biodiversité rendu en février dernier qui avait délivré un avis favorable avec réserve au projet.

 

La société Eoliennes en mer Dieppe-Le Tréport (EMDT) avait été dans l’obligation de revoir notamment ses études d'impact, à la suite du vote défavorable, le 20 octobre 2017, par le conseil de gestion du parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d'Opale. Comme le souligne Rachida Boughriet d’Actu-environnement, l'Ae estime que les impacts résiduels sont "jugés forts pour plusieurs espèces". Or, les dossiers ne proposent que des mesures de suivi ou d'accompagnement, "voire des « engagements », alors que seraient attendues des mesures d'évitement, de réduction ou de compensation complémentaires", pointe l'Autorité.

 

Plusieurs enjeux, effets ou impacts sont appréciés différemment selon les dossiers. "L'analyse des variantes est partielle ; les analyses et documents (impacts du programme, évaluation des incidences Natura 2000) qui ont vocation à tirer des conclusions d'ensemble sous-estiment systématiquement l'addition et l'interaction des effets entre eux et les cumuls d'impact", énumère-t-elle.

 

Malgré une littérature scientifique abondante et appréciée, l’Ae estime que le rapport sur les études d'impacts du projet peut encore être amélioré afin de prévenir les risques notamment au niveau de la biodiversité marine.

En l'"état actuel", l'absence d'incidence "significative dommageable" du projet vis-à-vis des objectifs de conservation des sites Natura 2000 "ne peut être démontrée"…. Elle recommande par ailleurs de préciser l'analyse des risques naturels dans le dossier RTE, en particulier au niveau de la falaise de Penly.

Le projet fera l'objet d'une enquête publique, cet automne, et concernera notamment les communes riveraines de l'estuaire de la Somme. La mise en service du parc est prévue pour 2021, mais des retards pourraient s'accumuler.

 

 

Points de repère

 

Télécharger l'avis de l'Ae rendu le 29/08/2018

http://www.cgedd.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/180829_-_eoliennes_dieppe_-_le_treport__76__-_delibere_cle5293fe.pdf

 

02/08/2018 – Après Saint-Nazaire et Saint-Brieuc, Fugro France qui a remporté le marché des études géotechniques pour le futur parc éolien offshore « Eoliennes en mer Dieppe – Le Tréport a débuté la campagne depuis début juillet. L"Excalibur", le navire de FUGRO étudie les fonds marins dans le cadre d’études géotechniques.


 
Les traductions anglaise, espagnole et allemande sont générées de manière automatique, la qualité du texte peut être altérée.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Pour plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter le site de la CNIL à cette adresse :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/