Logo-EDM

ConnexionInscription

French English German Spanish
Traduction Google

EDM 2205018

 

 

 

France – Mardi 22/05/2018 – energiesdelamer.eu. Demain et jeudi 24 mai, l’UFE a décidé de recevoir chacun des candidats à la présidence du Medef.

UFELa succession de Pierre Gattaz ouverte depuis le 3 mai dernier est programmée pour le 3 juillet prochain. Parmi les candidats, seulement, une femme, Dominique Carlac’h, ancienne spécialiste du 400 mètres, à la tête depuis vingt-cinq ans d’une société de conseil.

 

Geoffroy Roux de Bézieux, 55 ans, à la tête du groupe Notus Technologies et vice-président de l’organisation patronale chargé du pôle économie, se présente pour la deuxième fois à la présidence du mouvement. Il est l’un des favoris pour l’élection, avec Alexandre Saubot, ancien vice-président du Medef chargé du pôle social et patron du groupe industriel familial Haulotte.

 

Frédéric Motte, originaire du nord de la France, est lui aussi vice-président du Medef, chargé du pôle branches, mandats et territoires. Jean-Charles Simon est quant à lui un ancien directeur général du Medef et un ancien cadre de l’Association française des entreprises privées, qui regroupe les plus grands groupes français. Enfin, Olivier Klotz est le président du Medef en Alsace.

 

 

Parmi les axes-clés de ces échanges, l’UFE soulignera tout particulièrement sa volonté de fédérer l’ensemble des acteurs industriels autour d’objectifs ambitieux en phase avec l’évolution du monde, celle de faire du secteur de l’électricité un des leviers de l’amélioration de la balance commerciale, mais aussi le besoin d’anticiper et préparer les emplois et compétences de demain pour réussir la transition écologique, ainsi que l’importance de redonner toute sa place à la France en Europe.

Le communiqué précise : Si le Medef a toujours traité des questions énergétiques, les 6 candidats à la succession de Pierre Gattaz ont en commun d’avoir assez peu développé le volet transition énergétique et climatique dans leur feuille de route respective.

Certes, chacun en parle, mais au final assez rapidement, allant de la simple mention de la nécessité de prendre en compte la transition énergétique et écologique à une approche de la question avant tout sous l’angle de la fiscalité écologique.

Cette lacune est clairement une préoccupation pour l’UFE qui est membre du Medef. Les défis climatiques et les enjeux énergétiques sont devant nous. Notre économie, nos modes de vie se transforment profondément à la fois pour intégrer la nécessité de consommer moins d’énergie, de moins émettre de gaz à effet de serre, mais aussi parce que la révolution numérique touche tous les secteurs d’activités en les modifiant considérablement. Dans ce contexte, l’électricité décarbonée est amenée à jouer un rôle de plus en plus important et en ce sens, il est important que le Medef prenne en compte les enjeux de notre secteur afin d’inscrire pleinement les entreprises françaises dans la lutte contre le changement climatique.


 
Les traductions anglaise, espagnole et allemande sont générées de manière automatique, la qualité du texte peut être altérée.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Pour plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter le site de la CNIL à cette adresse :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/