Logo-EDM

ConnexionInscription

French English German Portuguese Spanish
Traduction Google

 Guip EDM 29 01 019

 

 

France - Mardi 29/01/2019 - energiesdelamer.eu. La Région Bretagne propriétaire du Port de Brest a tranché. Le port de Brest sera équipé d’un élévateur à bateaux de 250 tonnes afin de ne pas entrer en concurrence avec les équipements des autres ports bretons.

 

 

Le port de commerce de Brest qui a effectué via la région d’importants investissements souhaitait disposer d’un élévateur à bateaux de 700 tonnes comparable à celui de Lorient. Ce projet avait été à l’origine de discorde entre les ports bretons de Brest et Concarneau.

 

À Concarneau, Pascal Piriou, président de l'IPC-Interprofession du port de Concarneau et des chantiers navals Piriou, avait dénoncé en septembre 2018 le projet de création d’un élévateur à Brest. « Je voudrais clairement mettre en garde ceux souhaitant déséquilibrer l’écosystème naval breton. Certains « apparatchiks » du nord tentent de pousser les élus de Brest et de la Région vers des choix d’investissements portuaires toxiques, et dans une direction qui risque de déstabiliser gravement le secteur naval en Bretagne. » Dans la ligne de mire était le projet de création d’un élévateur sur Brest, à l’initiative de l’UMBR (union maritime de Brest et de sa région), qui regroupe une quarantaine d’entreprises. « La construction d’un nouvel élévateur à Brest nous tuera à terme si nous ne faisons rien, avait également déclaré Pascal Piriou.

 

A l'époque, Bruno Pivain, président de Navtis avait préféré, démissionner de la présidence de Bretagne Pôle Naval (BPN) qui avait été chargé d’une étude, pour ne pas peser sur les débats.

la Région, propriétaire du port de Brest, avait alors commandé une étude à BPN. Pierre Karleskind, en charge de la mer au Conseil régional, avait ensuite demandé à la CCIMBO de « caractériser » l’équipement.


Pierre Karleskind, habile négociateur

Le Télégramme note, qu’après les différentes interventions est ressorti le besoin d’un élévateur à bateaux pour 250 tonnes. Pierre Karleskind, conseiller régional et conseiller au Cabinat de la présidence de l’Assemblée nationale a déclaré : « Brest va se doter d’un outil qui permette de répondre aux demandes du Guip. Le chantier ne pouvait pas prétendre à travailler sur des navires de grande valeur avec une grue bord à quai qui présente des risques aux yeux des armateurs et des assureurs.

Avec le futur élévateur, le Guip pourra ainsi répondre à certains marchés, sans déstabiliser les outils industriels existants sur les autres ports ».

D’autres entreprises brestoises pourront évidemment aussi travailler sur la nouvelle aire dédiée à la « petite réparation » navale. À proximité de l’élévateur, qui sera bientôt installé près du bassin de radoub n° 1, un terre-plein spécifique et un bâtiment récemment acheté par la Région permettront de répondre à leurs différentes commandes concernant la réparation, la construction et la déconstruction.

« Ces activités interviendront en complémentarité avec celles des autres ports bretons, dont Concarneau, Le Guilvinec, Douarnenez et Saint-Brieuc, où la capacité des élévateurs est l’ordre de 450 tonnes, et Lorient de 700 tonnes ».

 

 

 

Points de repère

 

21/12/2018 - Polder du Port de Brest : La jonction entre la digue et le quai EMR est faite ..


 
Les traductions anglaise, espagnole et allemande sont générées de manière automatique, la qualité du texte peut être altérée.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Pour plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter le site de la CNIL à cette adresse :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/