Logo-EDM

ConnexionInscription

French English German Spanish
Traduction Google

STX La Stampa 6 03 017 EDM 0803017 

Italie – France. Mercredi 8/03/2017 – “Quotidienne” energiesdelamer.eu. La Stampa a publié mardi la proposition illustrée par François Hollande. Fincantieri dirigé par Giuseppe Bono n’aurait pas le plein contrôle de STX France et détiendrait une participation de 45% à 49%. 

Si cet accord est conclu d'ici fin avril, les souhaits du gouvernement français seront ainsi respectés.

Alors que la ministre Ségolène Royal présente aujourd'hui au Conseil des ministres "La stratégie nationale et internationale maritime de la France sur l'eau, l'océan et le climat" (ICI), quatre autres ministres sont aussi concernés par les filières navales et des énergies de la mer avec la vente de STX France.

Depuis le 3 janvier Ficantieri est désigné par le tribunal de commerce de Séoul comme candidat privilégié pour reprendre STX France dirigé par Laurent Castaing et qui appartenaient au conglomérat sud-coréen STX. Depuis, une double négociation est en cours : d’une part entre Fincantieri et STX Offshore & Shipbuilding, maison-mère sud-coréenne actionnaire à 66 % de STX France ; d’autre part entre Fincantieri et l’Etat français.

La position italienne

Christophe Sirurgue avait déclaré à Saint-Nazaire lors d'une conférence de presse le 4 janvier dernier, que "Fincatieri n'aura pas forcément 50% du capital". Quelques jours plus tard, Fincantieri avait soumis une offre de reprise à hauteur de 66% de STX France au sud-coréen STX Offshore & Shipbuilding, société mère des chantiers navals français. Le gouvernement français s’y était opposé, mais accepterait que celui-ci trouve un partenaire qui leur permettrait de détenir ensemble plus de 50%.

Vers une solution avec un schéma Fincantieri (45 à 49%), Etat français 33%, DCNS et ?

Les négociations seraient en phase de concrétisation et de cette manière, la demande de François Hollande serait respectée avec une participation de 45% à 49% pour Ficantieri. La Stampa précise, toujours selon le schéma de l'Elysée, que Ficantieri serait rejoint par un ou plusieurs membres "tiers" qui pourrait détenir près de 10% de STX France. Le reste du capital est alors divisé entre l'Etat français (33%) et DCNS (groupe), et un autre / ou d'autres acteurs.

Selon d’autres sources proches du dossier, les armateurs italien MSC et américain Royal Caribbean Cruises Ltd, qui ont commandé des paquebots de croisière pourraient être intéressés au tour de table.

Les sous-stations STX France et Vard

Vard, la filiale norvégienne du groupe italien Fincantieri qui a quelques difficultés avec le marché offshore, souhaite travailler sur de nouveaux segments notamment l’éolien offshore. La nouvelle configuration pourrait peut-être permettre un nouvel élan dans le secteur des EMR et être complémentaire avec celui de STX France et son département très performant de concepteur et constructeur de sous-stations.

Sources : La Stampa – Fincatieri - Energies de la mer

Points de repère

6/03/2017 - La Stampa évoque aussi MSC ICI

10/02/2017 - Flash spécial Le rachat de STX par Ficantieri entre dans une période difficile de négociation ICI


 
Les traductions anglaise, espagnole et allemande sont générées de manière automatique, la qualité du texte peut être altérée.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Pour plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter le site de la CNIL à cette adresse :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/