Logo-EDM

ConnexionInscription

French English German Spanish
Traduction Google

Open Hydro

 

 

France – Mardi 26/12/2017 – energiesdelamer.eu. L’année 2018, apportera-t-elle de nouvelles perspectives pour les hydroliennes ? En effet, contre toute attente, les Assises économiques de la mer au Havre n’avait pas conforté la filière par des perspectives d'appel d’offre et les industriels avaient quelque peu tirer des conséquences sur l’absence d’un calendrier français.

 

Energie Plus a publié au début du mois un article de Méziane Boudellal sur le potentiel des hydroliennes à des profondeurs inférieures à 100 m dont le potentiel mondial est estimé à 75-100 GW dans le monde et à 3-4 GW en France comparé aux 3000-5500 GW pour l’éolien offshore. Il y exprime de nombreuses réserves. Très intéressé par ses réflexions, le portail energiesdelamer.eu a demandé à Méziane Boudellal de développer ses arguments, notamment sur la R&D et les prémices de l’industrialisation de l’hydrolien fluvial et les perspectives tarifaires pour l’hydrolien marin.

 

Les hydroliennes bougent toujours !

 

Reprenons le cours de l’année 2017 pour les industriels qui ont participé à Paris Energie Hydrolienne le 2 février ou à Ocean Energy Europe en octobre dernier à Nantes.

 

En France, la validation par l’ADEME de la commande de la Compagnie Nationale du Rhône pour la ferme pilote HydroQuest River dans le Rhône a donné un signal très positive, EcoCinétic a exporté ses pico-hydroliennes fluviales et les a installé dans le fleuve Congo et Sabella a mis un nouveau connecteur dans le Passage du Fromveur au large d’Ouessant *. La plupart des très grandes hydroliennes marines continue leur phase de démonstration et d’essais. OpenHydro/ Naval Energies se redéploie dans la Baie de Fundy et Schottel l’a rejoint. En effet, les conditions du centre FORCE semblent offrir de meilleures perspectives tant pour la R&D que pour la commercialisation.

La rédaction a rencontré Méziane Boudellal, expert en énergies renouvelables alternatives (hydrogène…) afin qu’il développe plus particulièrement son analyse sur l’état de la recherche de cette filière fluviale et marine, les contraintes qu’elle rencontre et les perspectives de marché d’ici 2020 - 2025.

 

L'hydrolien, est-il une niche énergétique?

 

MB - Les expérimentations actuelles et les différentes technologies en évaluation ne sont que le frémissement d'une éventuelle émergence de l'hydrolien à grande échelle. Cependant, s'imaginer des parcs hydroliens comparables aux parcs éoliens offshore avec des centaines d'unités relève plutôt de l'utopie, trop d'incertitudes pesant encore sur cette technologie pour le « grand hydrolien marin ». Même si les potentiels (théoriques) de production ne sont pas négligeables cela ne signifie pas qu'un décollage est nécessairement à attendre pour ou avant 2020-2025.

 

Pensez-vous les investissements financiers suffisants pour faire passer plus rapidement de la R&D au développement industriel ?

 

MB - Les principales limitations de l'hydrolien sont encore des technologies non éprouvées sur le long terme, un coût des équipements (de recherche) très élevés (4 millions d'euros par MW pour le parc du Raz Blanchard), un prix du kWh dissuasif (359 euros/MWh pour le projet Atlantis Resources dans la baie de Fundy, à relativiser cependant car les 2 appels d'offre pour l'éolien en mer lancés en France en 2011 et 2013 et attribués en 2012 et 2014 garantissent un prix de l'ordre de 170-200 €/MWh, considéré aujourd'hui comme trop élevés comparé aux 49.9 €/MWh pour le parc Kriegers Flak au Danemark opérationnel en 2019). A ceci s'ajoutent les difficultés techniques liées au milieu marin: corrosion, incrustation, difficulté éventuelles d'accès pour la maintenance et la réparation.

 

Mais ces éléments financiers de tarif d’achat ne sont–ils pas à relativiser puisqu’il s’agit de production d’énergie à partir de démonstrateurs d’hydroliennes et non d’éoliennes dont la filière a débuté il y a 30 ans ?

 

MB - Face aux nombreuses options technologiques (pales carénées ou non, générateur central ou externe, orientable ou fixe…) ou selon le type de fixation sur le sol marin (ancré ou posé, plateforme immergeable…) laquelle va s'imposer? Un aspect à considérer est, par exemple, l'efficacité en kW/m2 de surface externe (pour le moment il semblerait que celle d'Open Hydro soit la plus faible, probablement due au centre ouvert et générateur concentrique).

 

Avantages de l’utilisation des courants de marée

 

MB - Si l'hydrolien permet une production continue ou du moins très prédicable, il ne nécessite pas, à priori, de stockage pour stabiliser sa production. Cependant, et fonction de la demande, si la production dépasse la consommation, un stockage sera nécessaire ne serait-ce que pour valoriser cette "surproduction".

 

Une filière industrielle peut-elle émerger?

 

MB - La viabilité de cette approche, dans une vision à long terme et pérenne, est encore à vérifier. La technologie doit encore faire ses preuves techniques et financières. Pour cela, les évaluations en cours ou prévues doivent montrer que les choix techniques sont justifiés. Se lancer sans ambition ni marché assuré serait prématuré et l'abandon de cette filière par Siemens ou GE doit le rappeler de même pour le projet d'AREVA/Adwen d'usine d'éoliennes avec une technologie qui n'a pas été retenue par les repreneurs (Siemens-Gamesa).

 

Mais ne pensez-vous pas que Siemens et GE préfèrent se concentrer sur le marché de l’éolienne offshore qu’ils maîtrisent, qui est un marché mature et dont l’enjeu est de développer de grandes machines de 10 à 13 MW d’ici deux ou trois ans pour répondre aux appels d’offre de leurs clients ?

MB - Certes GE et Siemens sont des acteurs importants dans le monde de l'éolien mais à l'origine ils avaient investis dans deux sociétés produisant des hydroliennes. Leur sortie de ce marché signifie probablement que les perspectives sont trop incertaines et le marché trop réduit pour continuer dans cette voie. Ce qui ne la ferme pas à des structures plus petites visant cette niche.

 

Par ailleurs, ne pensez-vous pas que les éoliennes posées ou flottantes ont des capacités de production trop importantes et demandent des infrastructures lourdes pour des îles, des zones non interconnectés de 200 à 1000 habitants ?

MB - Les îles ou zones isolées n'ont pas nécessairement besoin d'hydrolienne marine ou fluviale. Cela semble provocateur mais l'éolien terrestre, le photovoltaïque associé à un stockage peuvent aisément couvrir les besoins de petites communautés. Cependant, en fonction des éléments géographiques locaux comme rivière, fleuve ou courant marin avec un débit suffisant une hydrolienne peut être le bon choix, si elle répond aux critères de production et de coûts.

 

A l’exemple d’HydroQuest River dans le Rhône, EcoCinétic ou Hydrogen au Congo, ne pensez-vous pas que l’hydrolien fluvial flottant démarre ?

MB - De par certains avantages l'hydrolien marin (ou fluvial) se destine plutôt à des zones (îles, zones isolées…) ou des activités (plateformes pétrolières ou pour amarrage der navires) où une production renouvelable d'électricité justifie son utilisation, associé à l’éolien ou le photovoltaïque, malgré les coûts encore élevés et les inconvénients associés. Pour une production importante d'électricité l'éolien offshore est une voie incontournable aussi bien par la baisse des prix que leur production (en mer du Nord et mer Baltique, les éoliennes ont fonctionnés pendant plus de 340 jours en 2017 avec un facteur de charge allant jusqu'à 50%). La même approche doit s'appliquer à l'hydrolien fluvial, selon les opportunités qui sont de garantir un approvisionnement électrique, de préférence "vert" et relié à la demande locale vu leur faible puissance de quelques dizaines de kW.

 

M Boudellal

 Dernier ouvrage: "Power-to-Gas – Stockage de l'électricité d'origine renouvelable"aux éditions Dunod (les

Le Power To Gasénergies marines y sont aussi décrites. Une version anglaise paraîtra en 2018 (degruyter.com).

livre.fnac.com/a9575728/Meziane-Boudellal-Le-Power-to-Gas-Stockage-de-l-electricite-d-origine-renouvelable?Origin=fnac_google

Article paru dans Energie Plus N°596 - revue de l'ATEEe596 EDM 26 12 2017

 

 

 

 

Points de repère

 

21/12/2017 – Schottel départ pour la Baie de Fundy

20/12/2017 – La CNR – portrait d’acteur

19/12/2017 – HydroQuest

09/11/2017 -  Open Hydro quitte Paimpol Bréhat pour la Baie de Fundy 

01/09/2017 - *En préparation de la repose de la turbine de D10, prévue à la fin de l'hiver 2017, SABELLA a remis en place un nouveau connecteur sur le câble d'export de l'électricité qui avait été détérioré lors de l'installation initiale en juin 2015. L'opération a été réalisée  par MOJO MARITIME, avec l'Olympic Taurus, et les équipes embarquées de MacArtney, fournisseur du connecteur. 1 à 3 hydroliennes pourraient être posées .. en attendant l'appel d'offre pour une ferme d'hydroliennes dans le passage du Fromveur. 

 

02/02/2017 - B-Bornemann Conseil avait organisé l’atelier conférence « Paris Energie Hydrolienne » avec le portail energiesdelamer.eu. Placé sous le haut parrainage de la Mairie de Paris, EcoCinétic, Sabella et Open Hydro/Naval Energies d’une part et Swansea Bay pour l’énergie marémotrice d’autre part y participaient aux côtés du SHOM...  WebTV energiesdelamer.eu : A voir ou revoir 

04/11/2016 – Les 12 pico-hydroliennes hybrides d’EcoCinétic ont été posées dans la rivière du Village de Moulenga pour répondre aux enjeux de l’électrification rurale au Congo RDC.

 


 
Les traductions anglaise, espagnole et allemande sont générées de manière automatique, la qualité du texte peut être altérée.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Pour plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter le site de la CNIL à cette adresse :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/