Logo-EDM

ConnexionInscription

French English German Spanish
Traduction Google

11 08 017 Carte Bassure EDM 11 08 017 

 

 

France – Vendredi 11/08/2017 – Le compte Facebook de Thibaut Guilluy ancien candidat LEM aux législatives dans le Pas-de-Calais et de la belle-fille du président de la République est-il le révélateur de la politique de négociations que souhaite établir Nicolas Hulot pour les parcs éoliens en mer ? 

 

Avoir un minimum de sympathisants semble plus prudent de nos jours.  


Cuvillier pour, Fasquelle contre, comité des pêches...  contre.

Si l’on regarde les différents commentaires de la presse locale l’un des éléments déclencheurs de la publication de l’information est le compte facebook qui présente en ligne le courrier de recommandation adressé par le préfet des Hauts-de-France, Michel Lalande, et le préfet maritime, Pascal Ausseur, au ministre de la transition énergétique annonçant la «  décision de suspension du projet  » de Bassure de Baas.

Facebook EDM1108017

Le commentaire de Thibaut Guilluy (LREM - battu par Daniel Fasquelle LR) et Tiphaine Auzière (LREM - sa suppléante) publié mercredi 9 août est intéressant. 

 

Retour en arrière sur quatre ans  

 

 

« En novembre 2013, la société wpd offshore communiquait sur le possible développement, qu’elle entreprenait depuis 2008, d’un parc éolien en mer au large de la baie d’Authie. L’objectif était d’inscrire ce projet dans l’appel d’offre N°3 de l’Etat. Ce dernier arrivant à grand pas, il était utile de faire le point sur son avancement à l’occasion du Campus de la mer qui se tenait à Boulogne le 18 mai 2015 »   

Wpd offshore était partenaire de la manifestation.

 

 

 

 

Avant les élections présidentielles de 2017

Ségolène Royal s’était rendue à Boulogne-sur-Mer, le 26 février 2017, et avait évoqué ce projet en Baie de Somme avec Frédéric Cuvillier, maire socialiste de Boulogne sur Mer, (ancien ministre, puis secrétaire d'État chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche dans le gouvernement Valls 1) et partisan de cette initiative, à l’inverse de son (ancien) collègue du Touquet, Daniel Fasquelle (LR, député sortant réélu de la 4è circonscription et maire du Touquet), qui en est un farouche opposant. energiesdelamer.eu 27/02/2017. Ce projet "Littoral" de wpd offshore devait être complémentaire de celui de Dunkerque au niveau de la logique industrielle avait souligné Segolène Royale. Wpd Offshore fait d'ailleurs partie des candidats au 1er d'appel compétitif de Dunkerque qui devrait venir prochainement.

 

Daniel Fasquelle avait réaffirmé sa position lors du dernier conseil de gestion du Parc naturel marin des estuaires picards et mer d’Opale, réuni le jeudi 4 mai 2016. De son côté Frédéric Cuvillier avait déclaré en février de cette année «j’ai proposé à Ségolène de venir ici à Boulogne discuter transition énergétique et croissance verte autour du projet d’hydrolienne d’EEL Énergie», expliquait le maire de Boulogne à nos confrères de la Voix du Nord.

 

Le collectif « Horizon » fondé devenu l’association d’opposants co-présidée par Daniel Fasquelle avait également vu le Syndicat mixte Baie de Somme-Grand Littoral picard présidé par Emmanuel Maquet, député LR de la 3è circonscription, Jérôme Bignon, sénateur LR de la Somme, ancien président de l’ANEL, entre autres, s’y associer.

 

Ségolène Royal avait chargé le préfet de Région de poursuivre les consultations pour un parc dans la zone de Bassure de Baas sur une zone qui n’est pas classée en zone Natura 2000 mais qui fait partie intégrante du Parc marin, malgré des critiques unanimes côté picard.

  

Le premier vice-président du Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale, Jean-François Rapin, (LR), président de l’Association des élus du Littoral (ANEL), sénateur du Pas-de-Calais depuis le 12 janvier 2016 en remplacement de Mme Natacha Bouchart, (qui avait démissionné) avait déclaré «le Ministère demande un avis de principe au Parc, en dehors de tout respect des procédures et avec un dossier creux», considère le conseiller régional des Hauts-de-France, ancien maire de Merlimont… «Ces dernières années, les réflexions sur l’éolien offshore ont évolué, tout comme les projets. »

 

2015 12 15 TRE 1024x663

"L’éolien est et restera dans les années à venir, une source d’énergie renouvelable et décarbonée importante et son développement doit être considéré intelligemment, avait –il ajouté. Le Parc naturel marin a donc décidé de ne rien décider sur ce dossier flou, lui qui doit d’abord émettre un avis sur le programme de la société Éoliennes en mer Dieppe Le Tréport (EMDT), filiale d’Engie".

Le projet est également controversé et Engie s’applique à juste titre de dialoguer, commenter, présenter son projet.... Alors était-il possible d’ouvrir un deuxième champ de contestation pour tous ces élus, alors qu’EMDT est en cours avec des enjeux financiers aussi importants.

 

 

LITTORAL, le projet d’éoliennes en mer officiellement suspendu

Le collectif Horizon a créé une adresse mail pour recueillir les signatures... et Vents et territoires, le blog d'opposition aux éoliennes en général, reprend les déclarations des différents opposants au projet ICI.

Le projet de 40 éoliennes en mer, entre Berck et Le Touquet, est officiellement suspendu par Nicolas Hulot sur la recommandation conjointe du préfet des Hauts-de-France et du préfet maritime de la Manche et de la mer du Nord qui a été envoyé aux intéressés le 27 juillet. ICI

Olivier Merlin de La Voix du Nord, a publié hier matin un article le 10/08/2017 qui mentionne «le tweet laconique du maire de Boulogne, Frédéric Cuvillier, le 21 juillet, ne laissait planer que peu de doutes. Le député regrettait «  la suspension de l’éolien en mer Côte d'Opale  » et ajoutait : «  Quel ravage !  ».  Le 27 juillet, le préfet des Hauts-de-France, Michel Lalande, et le préfet maritime, Pascal Ausseur, ont signé une lettre annonçant la «  décision de suspension du projet  ». Mis en ligne sur Facebook par les militants de La République en marche, Thibaut Guilluy et la belle-fille d’Emmanuel Macron, Tiphaine Auzière, ce document relate une consultation, menée courant avril, des acteurs du territoire sur la pertinence du projet. «  Suite à cette consultation (…) les conditions favorables au lancement d’un appel d’offres sur la zone de Bassure de Baas n’étaient pas réunies à ce stade  », écrivent les deux hauts-fonctionnaires. 

Boulogne-sur-Mer était très intéressé par ce projet car le port aurait pu accueillir un centre de maintenance avec plusieurs dizaines d’emplois à la clé…. Frédéric Cuvillier a d’ailleurs réagi la nuit dernière sur Facebook, évoquant «  une erreur et un inexcusable renoncement à la parole de l’Etat  ». 

 

Les deux préfets concluent ainsi leur courrier : 

« Dans ces conditions, le ministre d’État (Nicolas Hulot), a décidé de suspendre la consultation sur cette zone, afin de favoriser l’émergence dans des conditions favorables des autres projets en cours et de poursuivre les réflexions sur les impacts cumulés des parcs éoliens en mer  ». C’est une suspension qui ressemble fort à un enterrement de première classe.

Le courrier est directement accessible dans l'onglet Publications rubrique Dossiers Spéciaux Arrêt de la préfecture Maritime de la Manche

10/08/2017 - Arrêt de la préfecture Maritime de la Manche et de la Mer du Nord et du Préfet de la région Hauts de France à propos du parc éolien en mer dans la zone de Bassure de Baas.

Points de repère

Engie :

Société Éoliennes en mer Dieppe et Le Tréport, lauréate de l'appel d'offres pour la construction l'installation et l'exploitation d'un parc éolien offshore https://dieppe-le-treport.eoliennes-mer.fr

Suite à l'appel d'offres lancé par l'Etat en mars 2013, les projets éolien en mer de Dieppe – Le Tréport et des îles d'Yeu et de Noirmoutier ont été attribués, le 3 juin 2014 à Engie. La société Éoliennes en mer Dieppe et Le Tréport (EMDT), basée à Dieppe a pour président Bruno Hernandez nommé le 31 juillet 2017. Les actionnaires sont Engie (47 %), EDP Renewables (43 %) et le Groupe Caisse des Dépôts (10 %). https://dieppe-le-treport.eoliennes-mer.fr Adwen est son partenaire industriel, en charge de la fabrication des éoliennes.

 

La construction devrait commencer début 2019, pour une mise en service prévue fin 2021. Les demandes d’autorisation pour le parc éolien ont été déposées le 10 mai 2017, soit quelques jours avant la date prévue au cahier des charges de l’appel d’offres. Les autorisations sont nécessaires pour acter la réalisation des travaux, avec la décision finale d’investissement du consortium, qui représente 2 milliards d’euros à financer, avec un investissement d’environ 25 millions d’euros pour le port de Dieppe. L’enquête publique est prévue à partir de début 2018. Sous réserve de l’obtention des autorisations, le début de la phase de construction et de construction est prévue à partir de 2019 et la mise en exploitation à partir de 2021 pour 20 ans au minimum.

Bruno Hernandez est également président de la Société Les Éoliennes en Mer de Vendée – EMYN, dont les actionnaires sont Engie (47 %), EDP Renewables (43 %) et Neoen Marine (10 %).

27/02/2017 - Dunkerque - 1er appel d'offre de type concurrentiel 

 

Dossiers spéciaux :


Arrêt de la préfecture Maritime de la Manche et de la Mer du Nord et du Préfet de la région Hauts de France à propos du parc éolien en mer dans la zone de Bassure de Baas.

  

 

 

 

 


 
Les traductions anglaise, espagnole et allemande sont générées de manière automatique, la qualité du texte peut être altérée.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Pour plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter le site de la CNIL à cette adresse :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/