Logo-EDM

ConnexionInscription

French English German Spanish
Traduction Google

BBC energiesdelamer0712015

Paris - Le Bourget - France. Mardi 8/12/2015 - Newsletter energiesdelamer.eu - Exclusif interview de *Bertrand Badré, Banque mondiale. 

Le 7/12/2015 un groupe de 26 institutions financières à travers le monde a émis cinq principes pour intégrer dans les institutions financières la gestion des risques et la lutte contre le changement climatique. Une des autres interrogations est le prix du carbone. Doit-il être mondial ou fixé selon des normes adaptées à chaque pays ?

C’était l’un des sujets des tables rondes organisées à la Galerie des solutions COP21 où plusieurs experts ont pu argumenter. 

 

Jane Ebinger, spécialiste du changement climatique et chef de la division à la Banque mondiale a fait paraître opportunément une déclaration, qui annonce qu’un groupe de 26 institutions financières à travers le monde, y compris le Groupe de la Banque mondiale, a lancé cinq principes pour l'intégration de l'action climatique dans les institutions financières. Les principes sont destinés à soutenir et guider les institutions financières à avancer dans l'adaptation à la promotion du développement et intelligente face au climat. Ils ont été développés sur la base de pratiques mises en œuvre par les institutions financières dans le monde entier au cours des deux dernières décennies.

Quels sont ces principes?

Le changement climatique pose de nouveaux risques et de nouvelles difficultés d’appréciation pour les institutions financières. Les implications sont larges - couvrant l'énergie, les transports, la forêt, l'agriculture, l'eau et d'autres secteurs d'investissement.

Il devient de plus en plus clair que pour atteindre les objectifs opérationnels de base, toutes les institutions financières devront intégrer systématiquement à leurs réflexions les effets du changement climatique à tous les niveaux de leur engagement de stratégies à des programmes et des opérations. Il faudra pour cela que les dirigeants au sein des institutions financières intègrent ces observations dans les structures de gestion, programmes et produits.

Les institutions financières devront atteindre deux objectifs simultanément:

. Intensifier les capitaux et du financement pour la transition bas carbone, et répondre pleinement aux risques posés par le changement climatique.

À la Banque mondiale, les responsables savent que pour éradiquer la pauvreté, ils devont intégrer les risques liés au changement climatique, «sans cela, nous raterons notre mission principale et plus de 100 millions de personnes pourraient être poussés dans la pauvreté d'ici à 2030 par les impacts du changement climatique seul.

Beaucoup d'efforts du Groupe de la Banque mondiale aident intégrer le changement climatique. Au cours des cinq dernières années, le Groupe de la Banque a engagé une moyenne de 10,3 milliards de $ par an de ses propres ressources, soit environ 21% des engagements, pour aider les pays en développement et les économies émergentes atténuation et d'adaptation aux défis du changement climatique.

C’est donc plus de 50 milliards $US qui ont été engagés dans plus de 900 projets avec des activités liées au climat, avec 27% en mettant l'accent sur l'aide aux personnes et les pays à adapter à un climat changeant et 73% cent sur l'atténuation de l'impact du changement climatique. Les activités d'atténuation ont inclus le soutien à des changements pour le transport urbain et les chemins de fer, les investissements dans l'énergie hydroélectrique, d'autres formes d'énergie renouvelable, et la promotion de l'efficacité énergétique.

Les activités d'adaptation ont inclus des projets soutenant la protection des côtes et des inondations, l'irrigation et les systèmes, la protection des forêts et des paysages de drainage et de développement du système des cultures résistant à l'échelle des capitaux pour la transition bas carbone. Notamment, l'année dernière nous avons commencé à examiner tous nos projets de l'IDA pour les risques climatiques et de catastrophe, et nous avons développé un outil de dépistage climatiques et risques de catastrophe que tout notre personnel d'investissement et de projet peut utiliser lors de l'élaboration d'un projet.

Le Groupe de la Banque mondiale a également intensifié ses efforts au cours de la dernière décennie pour se fondre sources concessionnels de financement climatique avec notre propre à assurer que les projets de transformation progressent, en particulier avec le secteur privé. Blended Finances de la SFI pour l'équipe climatique a investi près de 300 millions $ en financement climatique aux côtés de plus de 1 milliard $ d'investissements de la SFI, et plus de 4 milliards $ de fonds du secteur privé pour soutenir plus de 40 projets d'investissement dans 23 pays. Ces investissements ont permis de combler les lacunes et les obstacles du marché de l'adresse qui entravent les investissements du secteur privé dans des domaines d'importance stratégique.

Enfin, le travail de l'Unité de financement du carbone, GFDRR et l'émission du Groupe de la Banque mondiale des obligations vertes, ont tous travaillé à intégrer les considérations climatiques dans les mécanismes de financement qui soutiennent la capacité de nos clients à intégrer un prix significatif sur le carbone, les risques climatiques d'adresse et de planification en cas de catastrophe , et de la foule dans d'autres investisseurs qui souhaitent investir leurs fonds dans des moyens respectueux du climat.

Seul, chacun de ces efforts sont importants, mais pris ensemble, ils aident vraiment à apporter le changement climatique dans le courant de nos activités. Plus important encore, nous croyons que ces principes sont importants parce que nous savons aussi que ce travail ne peut être fait par les seules quelques institutions financières. Si nous voulons vraiment maintenir le réchauffement à 2 degrés, nous savons que la finance doit être orientée afin de permettre le développement des solutions à faibles émissions de carbone et son le financement.

Source : Banque mondiale. 7/12/2015

Points de repère

La rédaction et les reporters d'energiesdelamer.eu vous attendent stand G28 à la Galerie des Solutions - COP21 - Musée de l'air et de l'espace au Bourget.

*Bertrand Badré en tant de directeur général et directeur financier du Groupe de la Banque mondiale est responsable des stratégies relatives aux questions financières et à la gestion des risques pour l’ensemble du Groupe de la Banque mondiale et pour les institutions qui le composent. Alors qu’il quitte ses fonctions dans quelques jours, il a mis en place de nouveaux produits et services financiers innovants, de la surveillance de l’information financière et de la mobilisation des ressources financières en harmonie avec la stratégie du Groupe. Il a contribué au dialogue international sur les normes et les meilleures pratiques financières, notamment à l’occasion des réunions des ministres des Finances du G-20 et du Conseil de stabilité financière où il représente le Groupe de la Banque mondiale. Il supervise en outre la vice-présidence des solutions informatiques et technologiques.

Bertrand Badré a été directeur financier du Crédit Agricole de juillet 2007 à juillet 2011, puis directeur financier du Groupe Société Générale. Il est arrivé à la Banque mondiale en mars 2013.

Entre 2004 et 2007, B. Badré était associé-gérant chez Lazard à Paris. Auparavant il a fait partie de l’équipe du président Jacques Chirac et a été associé à la préparation du Sommet du G-8 à Évian. C’est à ce titre qu’il a assumé les fonctions de représentant personnel du président pour l’Afrique et de porte-parole du groupe de travail sur les nouvelles contributions financières internationales pour la lutte contre la pauvreté et le financement du développement, qui a abouti au rapport Landau. En 2002, il est membre du Panel mondial sur le financement de l’infrastructure de l’eau présidé par Michel Camdessus, un panel d’experts financiers chargé d’évaluer les moyens d’attirer les ressources dans le domaine de l’eau.

Interviews de Bertrand Badré sur You Tube

7/12/2015. WebTV energiesdelamer.eu - Photo et WebTV energiesdelamer.eu. Interview réalisée par Nadia Lamarkbi avec les étudiants de l'Université de Brest - Yann Cloarec et Hector Pennamen ICI.

8/07/2015. WebTV Aix Le Cercle des économistes. La Finance au service de l'innovation et du travail ICI.

Agenda - A noter

Bertrand Badré est l'invité du French-American Breakfast, le jeudi 10 décembre - Rencontre spéciale COP21 sur le thème du rôle des Banques multilatérales de développement dans la lutte contre le changement climatique. ICI

 

Ajouter un Commentaire



 
Les traductions anglaise, espagnole et allemande sont générées de manière automatique, la qualité du texte peut être altérée.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Pour plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter le site de la CNIL à cette adresse :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/