Logo-EDM

ConnexionInscription

French English German Spanish
Traduction Google

bloomberg

 

 

UK – Lundi 25/09/2017 – energiesdelamer.eu. Coup sur coup, deux bonnes nouvelles pour l’offshore éolien britannique. D’abord, le dernier rapport de RenewableUK, l’association anglaise du renouvelable, montrant que 48% des dépenses dans les projets offshore éoliens vont à des compagnies anglaises, soit 5% de mieux que lors du rapport 2015. Ensuite, le dernier round des contrats pour différence dans l’offshore montre des prix en forte baisse, une fois encore, avec un record à 57,5 livres/MWh, soit 50% de moins que lors de la première enchère en 2015.

 

Les professionnels de l’offshore éolien britannique s’étaient fixés comme objectif en 2012  d’atteindre 50% de fabrication en 2020, le rapport publié le 8 septembre montre qu’il est presque déjà atteint. Le rapport est réalisé par RenewableUK, pour l’Offshore Wind Programme Board, une entité qui comprend le Crown Estate (chargé de l’affectation des zones et de la gestion de l’espace maritime), le ministère de l’Entreprise, de l’Energie et de la Stratégie industrielle (BEIS, en anglais) et le ministère de l’Economie international ( DIT).

 

Dans le détail, l’industrie britannique peut se féliciter de reporter 73% des marchés en termes de développement, soit une progression de 16% par rapport au précédent opus de 2015. La phase de développement inclut la phase de licence, le planning et les études préliminaires. Côté fabrication et construction, la part britannique est passée en deux ans de 18% à 29%, en moyenne.  Un bond réalisé notamment grâce à la mise en service de l’usine de fabrication de pales de MHI Vestas Offshore Wind sur l’île de Wight et par l’ouverture en décembre 2016 par Siemens d’une usine de quelque 310 M£ sur le dock Alexandra à Hull, avec le soutien d’Associated British Ports (APB). RenewableUK souligne aussi l’implication des fabricants de câbles et le transfert d’expertise du secteur Oil & Gas.

 

En termes d’exploitation – logistique et maintenance -, la progression est moindre, puisque la croissance n’est que de 2 points à 75%, mais c’est aussi parce que cette part est logiquement plus difficile à délocaliser. RenewableUK signale en outre que ces activités sont durables, puisque prévues pour l’ensemble de la durée de vie des parcs offshore (25 ans environ).

 

Des chiffres dont se félicite également Richard Harrington, le secrétaire d’Etat à l’Energie et à l’Industrie : « L’industrie de l’éolien offshore croit rapidement, avec quelque 11,5 milliards d’investissements prévus dans les quatre années à venir, » a-t-il insisté. Un montant supérieur à celui de l’industrie aéronautique outre-Manche, mais aussi à celle de l’industrie des télécoms, précise Renewable UK.

 

Et une croissance qui va être encore dopée par les dernières attributions de contrats pour différence (CfD, en initiales anglaises). Quasiment 3 200 MW ont été remportés par trois projets éoliens offshore, indique le BEIS, et avec des « prix » toujours en baisse. Ainsi, les 860 MW de Triton Knoll, au large de l’Angleterre, et qui devraient entrer en service à l’horizon 2021/2022, ont été attribués à 74,75£/MWh. En Ecosse, la baisse est encore plus importante, puisque les projets de Hornsea Project 2 et de Moray Offshore Windfarm (à l’Est), prévus pour 2022/2023, ont été remportés avec des « price strike » de 57,50£/MWh. Le BEIS rappelle que ces trois projets vont être mise en œuvre en trois étapes, les dates de mise en service étant celles de la première phase.

 

Le BEIS signale également que ces enchères pour les CfD ont été lancées en avril 2017. Jusque là les plafonds des « strike prices » pour les projets avec mise en service en 2021/2022 atteignaient les 105£/MWh et 100£/MWh pour ceux démarrant en 2022/2023. 

 

Intervention de https://about.bnef.com/summit/event/london/london-overview/

Points de repère

Intervention de Michael Liebreich, Chairman of the Advisory Board - Bloomberg  New Energy Finance

The cost of renewables is plunging faster than forecasters anticipated just a few years ago as as technologies like gigantic wind turbines arrive on the market.

That’s the conclusion of Bloomberg New Energy Finance, whose founder Michael Liebreich estimated that clean energy will reap 86 percent of the $10.2 trillion likely to be invested in power generation by 2040.

In a presentation to the research group’s conference in London on Tuesday, Liebreich said technology that’s slashing the costs of wind and solar farms makes it inevitable that clean energy will become more economical than fossil fuels for utilities in many places. The most visible advance is in the scale of wind turbines, highlighted by the chart below.


 
Les traductions anglaise, espagnole et allemande sont générées de manière automatique, la qualité du texte peut être altérée.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Pour plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter le site de la CNIL à cette adresse :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/